Tu penses que la paix est revenue, que cette ville est paisible. Mensonges. Beacon Hills restera le berceau du surnaturel et le danger approche à grand pas, fuis !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 35

MessageSujet: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 18:39


Jaeger Breisacher

AGE ◮ d'apparence la vingtaine, en réalité fête sa centième année depuis le jour de sa mort ; DATE DE NAISSANCE ◮ le 22 juillet 1893 ; LIEU DE NAISSANCE ◮ Mainz (Mayence), Allemagne ; NATIONALITÉ ◮ allemand, mais n'a plus vraiment d'attache avec sa famille d'origine ; STATUT CIVIL ◮ en couple pour les besoins de sa vengeance, pour les sous, une relation toute neuve qui pourrait bien vite tourner court ; ORIENTATION SEXUELLE ◮ son cœur est resté mort pendant longtemps ; désormais, il s'est intéressé à un homme, on verra s'il aura des sentiments pour lui ou non ; GROUPE ◮ i will avenge ; AVATAR ◮ Joe Collier ; CRÉDITS ◮ tumblr.


This is my part


Une éternité change le caractère. Le Jaeger d'aujourd'hui n'est plus le même que celui d'avant. Autrefois, c'était un jeune homme souriant, dynamique, très généreux, désireux de venir en aide à son prochain. Ses proches sont tous morts désormais, mais ils auraient du mal à le reconnaître désormais. Il est toujours d'humeur très sombre, regarde les autres avec condescendance, déteste se mêler à la foule. Très renfermé, il conserve jalousement ses secrets au fond de son cœur et évite le plus possible de parler de lui-même. Il se braque quand on lui pose une question personnelle. Résultat, il tend à s'inventer un autre passé. D'un autre côté, ce n'est pas si étonnant : il est bien obligé de mentir au quotidien, ne pouvant avouer qu'il est mort il y a un siècle... Jaeger est du genre dépressif, rarement satisfait, sans pour autant se plaindre. Il préfère souffrir plutôt que d'avouer sa douleur. Il a développé une forme de fierté de mort-vivant, vu qu'il est décédé, il pense que rien ne peut lui arriver de pire. C'est pourquoi il se montre toujours aussi condescendant vis-à-vis de ces frêles créatures qui peuvent être tuées. Elles ne connaissent pas la vraie douleur. Jaeger fait également très attention à son physique... il n'ignore pas qu'il est en réalité un bout de chair en décomposition qui n'a rien de beau à voir, mais ce n'est pas une raison pour ne pas prendre soin de l'image qu'il véhicule auprès des vivants. Il fait donc extrêmement attention aux modes et se veut le plus beau possible. Tant pis si on le pense superficiel et insipide. Ce n'est qu'une maigre consolation pour un jeune homme qui n'a pas eu l'occasion de profiter de sa vie. On ne peut pas vraiment le qualifier de personne méchante, il est en général assez indifférent aux autres, du moment qu'ils ne sont pas enveloppés d'une aura écarlate. Mais il déteste sincèrement les créatures surnaturelles, et ce, d'autant plus que de son vivant, il les appréciait véritablement. Il ne compte plus le nombre de surnaturels qui sont morts par sa faute au cours du siècle dernier - par sa faute, et non par sa main, malheureusement. Il est très imaginatif quand il s'agit de donner indirectement la mort, n'a pas le moindre scrupule mais pour autant ne s'en félicite pas. Il se considère comme un agent de Dieu, qui a été investi d'une mission sacrée : voilà pourquoi il n'a pas pu aller aux portes du Paradis. Il est croyant, parce que lorsqu'il vivait, tout le monde l'était. Il s'est éloigné du dogme protestant dans lequel il est né, ne fréquente plus le temple - à quoi bon, le salut est une grâce de Dieu, et Dieu l'a rendu mort-vivant -, mais continue de croire à son existence. Il ne parvient tout simplement pas à comprendre pourquoi sa foi n'est pas partagée, alors qu'elle lui paraît si évidente.



This is my life

Souvent le malheureux songe à quitter la vie ;
L'espérance crédule à vivre le convie.
Le soldat sous la tente espère, avec la paix,
Le repos, les chansons, les danses, les banquets.

(A. Chénier)

Plus jeunes, il leur arrivait souvent de jouer dans les bois. Cela datait du temps où ils n'étaient que deux gamins qui pouvaient rester ensemble sans que cela ne choquât personne. Ils avaient grandi, et désormais, ils ne pouvaient plus se voir comme avant, ni déambuler dans la forêt. Cela aurait tâché les robes de la jeune fille, ces robes aux teintes si claires et pleines de rubans. Il lui semblait parfois que sa mère les lui faisait mettre pour limiter sa liberté de mouvement, pour l'empêcher de le suivre, lui, partout où il allait. La mère voulait sans doute la priver des aventures que Jaeger vivait au quotidien. Et il se réjouissait d'être né homme. Il n'avait pas la moindre difficulté à courir à travers les champs, ses propres vêtements ne le gênaient pas. Mais elle était ralentie par sa robe, et il dut s'arrêter pour l'attendre. Ses joues avaient pris une adorable teinte rosée, signe qu'elle avait fait un effort physique. Cela jurait un peu avec la douce blondeur de ses boucles, mais Jaeger la trouvait tout à fait charmante. Il lui tendit la main, qu'elle prit sans hésitation, et ensemble, ils continuèrent à avancer à travers le champ, jusqu'à sortir de la marée d'épis de blés. Un ruisseau coulait le long du chemin qui longeait le champ. Jaeger, sans lâcher la main de son amie, se pencha vers le cours d'eau et observa leur reflet. Lui aussi était devenu rouge. Mais ce n'était pas de la fatigue, non, il le devinait très clairement : c'était de la gêne. Ils avaient grandi. Ils ne pouvaient plus jouer comme avant, désormais, leurs hormones entraient en jeu. Et l'attirance qu'il ressentait pour la délicieuse jeune fille le troublait et le ravissait à la foi. Il avait bien conscience que sa mère la forçait à mettre en avant ses attraits, alors que la sienne le laissait partir tel qu'il était, elle se contentait de laver sa tenue de semaine le dimanche. Non que cela le gênât, c'était comme cela que les choses fonctionnaient.

Ils s'assirent dans l'herbe, les pieds déchaussés qui goûtaient à la fraîcheur du ruisseau. Il n'osait pas vraiment lui dire ce qu'il avait sur le cœur. Il hésitait trop. Il avait lâché sa main, n'ayant plus de raison de la tenir, et il ressentait désormais un manque au creux de la paume. Il n'osait pas tourner la tête. Il ressentait une soudaine timidité et une pudeur étonnante qu'il n'avait jamais connues jusque là. Il n'était guère assuré. On n'avait eu de cesse de lui répéter qu'il était un homme, qu'un jour il prendrait femme et qu'il devrait adopter une attitude virile. Cependant, il ne voyait pas comment l'aborder, lui dire ce qu'il avait sur le cœur. Ils restèrent assis là, un long moment, dans le silence le plus total. Même les oiseaux avaient fini par se taire. L'instant était crucial. « Jaeger... » Il tourna la tête dans la direction de la jeune fille, le cœur soudain serré. Cette façon qu'elle avait de prononcer son prénom était trop cruelle. Trop douce. Trop personnelle. Il aurait aimé l'entendre en boucle. Qu'elle prononce ainsi son prénom indéfiniment, jusqu'à ce qu'il n'en puisse plus, que sa litanie l'endormît. Ses yeux d'un brun sombre observaient Jaeger avec sérieux, et peut-être, un peu d'inquiétude. « Tu ne devrais plus... espérer quelque chose. Tu sais que j'ai mes visions. » Et elle se tut, comme cela. Sa voix se brisa net, laissant Jaeger consterné par une parole aussi crue - puisque admettre ouvertement qu'elle était sujette à des visions emplie de sang n'était pas chose facile. Si cela s'apprenait, elle deviendrait une paria, car nul n'aurait envie de marier une demoiselle qui est capable d'annoncer la mort d'un être aimé. Non que cela dérangeât Jaeger. Mais il comprenait qu'elle n'avait d'autre choix que de se taire. Elle se préparait à vivre une vie d'ermite, refusant le mariage pour ne pas incommoder son mari. Elle partirait sans doute pour la ville, abandonnant sa famille à laquelle elle ne voudrait pas faire honte, chercherait à vivre par ses propres moyens, et devrait pour cela vendre son corps. La gorge de Jaeger se noua. La perspective d'un avenir aussi horrible le paralysait d'effroi. « Jaeger, tu dois... » Ce fut trop fort pour lui. Il essaya de trouver le moyen de la faire taire, de l'empêcher de dire les hideuses paroles qui déformeraient d'aussi belles lèvres, et ne trouva d'autre solution, pour les sceller, de coller sa bouche contre la sienne. Bien sûr, en ce début du XXe siècle, un vrai baiser torride était inimaginable. Jaeger se contenta d'effleurer tendrement les lèvres de sa bien-aimée, mais cette audace était tellement choquante qu'il se mit à rougir violemment, et baissa les yeux. « Par... pardonne-moi. » : murmura-t-il, s'éloignant le plus possible d'elle. Il venait de l'offenser gravement. Il avait rompu les codes sociaux qui empêchaient un jeune homme d'embrasser une femme avec laquelle il n'avait pas affaire. Il avait terriblement honte. Dans les milieux paysans, certains croyaient encore que l'on pouvait tomber enceinte d'un simple baiser. Il ignorait si c'était le cas de la jeune fille, cependant, le baiser avait un caractère sacré qu'il ne fallait pas transgresser. « Je... je voudrais me fiancer avec toi. » : ajouta-t-il, se sentant presque obligé de le dire, comme s'il avait contracté une dette envers elle. En réalité, il n'en était rien, il avait sincèrement envie de se fiancer avec elle. Il ne pouvait s'empêcher de penser à elle, il l'aimait trop pour ne pas vouloir vivre avec elle. « Peu m'importe que tu sois une banshee. Je t'aime et je veux faire ma vie avec toi. » Elle ne dit rien. Jaeger resta immobile, les yeux toujours rivés au sol. Ils ne bougèrent pas pendant un moment. Puis la jeune fille glissa ses doigts entre les siens, et Jaeger comprit que c'était sa façon de dire oui.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦
« Dis-moi que c'est pas vrai... Dis-moi que c'est pas vrai ! » Jaeger débarqua à la hâte sur la place du village, vêtu de son costume de mariage. Il se figea en voyant l'horrible spectacle qui se présentait à lui. Il ouvrit la bouche pour hurler, mais aucun son n'en sortit. Lui n'était pas une banshee, il n'avait pas de voix quand il s'agissait de hurler. Il tomba à genoux, le visage déformé par la douleur. « Non... c'est pas possible... » Tout ce sang qui s'écoulait des nombreuses blessures qui parsemaient le corps de sa bien-aimée. Elle avait été proprement déchiquetée. Ses entrailles sortaient de son corps. Cela lui était insupportable. Le jeune homme resta un long moment sans rien faire, sans parvenir à quitter des yeux le cadavre de celle qu'il aimait depuis l'enfance.

C'était un loup-garou qui avait tué sa fiancée le jour de leur mariage. Jaeger l'apprit vite. Impossible de ne pas s'en rendre compte. Son ombre ne cessait de tourner autour de lui. Il sentait ses regards qui se posaient sur lui, dès qu'il avait le dos tourné. Cela le rendait fou. Tout le monde au village savait que le meurtre de sa fiancée était l'œuvre de ce loup-garou, mais personne ne voulait faire quelque chose contre lui. Tout le monde avait peur. Pourtant, ce n'était qu'un omega, il n'avait pas de meute pour le soutenir, il aurait donc été facile de s'en débarrasser. Sauf qu'il n'y avait pas le moindre chasseur au village. A vrai dire, toutes ces choses comme les lycanthropes et les banshees n'avaient guère été connues jusque là, cela tenait plutôt de la légende. Jaeger aurait préféré que ce fût une légende. En son cœur, il ne parvenait pas à pardonner à ce loup-garou. Il aurait fait n'importe quoi pour se venger de lui, sans pour autant se résoudre à le tuer. Il n'y arrivait pas. Parce que lui aussi avait peur.

Puis vint la guerre.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦
Il eut un mauvais présage, ce jour-là. Il se dit que, s'il montait au front, il allait mourir. C'était aussi simple que cela. Il le savait, sans trop savoir comment il pouvait le savoir. Il n'avait jamais été capable de prédire la moindre mort. Pas même celle de sa fiancée. Mais ce matin-là, il savait. C'était devenu très clair pour lui : il ne pourrait pas survivre à un assaut. La perspective de se faire tuer par un Français ne l'enchantait guère. Mais cela valait toujours mieux que d'être déchiqueté par un loup-garou. Du moment qu'il se faisait tuer par un humain, il ne s'en souciait guère. Serrant son fusil contre lui, les dents serrées, Jaeger attendit qu'on lui donnât l'ordre de passer à l'attaque. Allait-il tirer ? Ou, puisqu'il était destiné à mourir, allait-il faire don de la vie à son adversaire... ?

La balle entra dans son corps avec une telle violence que Jaeger ne comprit d'abord pas ce qui lui était arrivé. Puis une seconde douleur fusa au niveau de son ventre, et le jeune homme se plia en deux. Du sang tâchait son bel uniforme allemand. Lentement, très lentement, il s'effondra sur le sol, le dos englouti par la neige de décembre 1914. Il avait du mal à respirer. Ses yeux étaient fixés sur le ciel blanc qui, étrangement, était serein. Les bruits de la guerre, sifflements de balles, hurlement de souffrances, martèlement de pas, lui apparaissaient comme distants. Et il se sentit heureux, pour la première fois depuis le jour de son mariage. Un sourire naquit sur ses lèvres devenues rouges. Il n'en pouvait plus, de la vie. La haine envers le surnaturel l'avait trop dévoré pour cela. Mais à présent, c'était fini. Il ferma les yeux, se laissa aller. La mort vint le prendre comme on cueille un fruit : avec fermeté et délicatesse à la fois.

Il rouvrit les yeux. Il était mort et il le savait. Mais son corps était vivant. Il ne pouvait s'expliquer ce miracle, et remercia Dieu de ne pas l'avoir emmené au paradis. Une partie de lui le regrettait. Il aurait aimé pouvoir rejoindre sa bien-aimée. Cependant, ce n'était pas tout de suite. Il avait le sentiment fiévreux qu'il avait une mission à faire. Se redressant, il observa le champ de bataille autour de lui. Il n'y avait plus que des morts, et des blessés en trop mauvais état pour avoir une chance d'être sauvés. Jaeger se sentait seul. Il était mort, comme eux tous, mais lui avait survécu. Il frissonna. Ses blessures avaient guéri, mais son uniforme était toujours trempé de sang. Le sien. En voir une telle quantité l'impressionna. Le jeune homme se releva, avança à l'aveuglette, perdu. Il ne savait plus vraiment quoi faire, désormais. On ne pouvait vraiment dire que sa nouvelle vie lui appartenait. Il sentait bien qu'il n'était plus normal. Et n'était pas sûr de pouvoir vraiment s'en réjouir.

♦ ♦ ♦ ♦ ♦ ♦
Jaeger apprivoisa vite sa nouvelle existence. Il lui fallait suivre de nouvelles règles, et il s'y tenait avec toute la volonté dont il pouvait faire preuve. Il avait fini par comprendre qu'il était là pour tuer du surnaturel. Peu importe sa forme, c'était là sa mission sacrée, et il s'en acquitta. Il tua de tout. Beaucoup de loups. Mais aussi quelques banshees. Mais il ne put jamais le faire de lui-même. Il devait toujours influencer les autres pour les convaincre de tuer celui qu'il voulait voir disparaître de la surface de la Terre. Sa mission était-elle vaine ? Il lui semblait que de nouvelles créatures apparaissaient, encore et encore. Peu importait. Il le faisait. De toute façon, il n'avait que cela à faire. Il ne pouvait pas rester trop longtemps au même endroit, il y avait toujours des personnes qui finissaient par se douter de sa vraie nature, et qui étaient tentés de le tuer, parce que c'était elles ou lui. Alors Jaeger finissait par s'en aller, et erra pendant un siècle.

Lorsqu'il arriva pendant un siècle, il eut le souffle coupé. Ce loup-garou ressemblait trait pour trait à celui qui avait tué sa bien-aimée. Il le détesta au premier regard. Il voulut le tuer de ses propres mains, mais en était incapable. Jaeger eut l'impression que son cœur se réveillait, après des décennies de sommeil. Il réclamait du sang, le sang de ce jeune homme qui n'avait commis que deux crimes : avoir été mordu par un loup-garou, et ressembler au meurtrier de son ami d'enfance. Le revenant ne put s'empêcher de lui tourner autour, empli de haine à son égard, mais incapable de lui faire du mal. Il rêva longtemps de la vengeance qu'il pouvait prendre, y réfléchit longuement. Puis, un jour, sa cible, consciente de l'intérêt qu'il lui portait, vint le voir et lui proposa d'aller voir un verre. N'ayant rien de mieux à faire, Jaeger accepta.

Et ainsi commença sa nouvelle vie à Beacon Hills...



Tell me who you are

PSEUDO ◮ j'en ai tout plein, je suis SPF ; PRENOM ◮ information classée confidentielle, les enfants ; AGE ◮ vingt et des poussières ; COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ◮ via mp ; TU LE TROUVES COMMENT ◮ il manque un peu d'annexes, mais l'idée des revenants est vraiment géniale. Y'a juste un truc qui me gêne, l'absence d'onglets statistiques dans le profil, vu que je m'en sers tout le temps pour trouver plus facilement mes fiches et mes rps ; PRESENCE ◮ 3 à 6 sur 7 selon les périodes ; UN PETIT MOT ◮ champignon. ; CODE ◮ code validé par caius.




Dernière édition par Jaeger Breisacher le Dim 25 Mai - 20:32, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymerick P-A. Louis
Aymerick P-A. Louis
I don't care of your shit
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 203

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 18:46

    HELLCOME parmi nous sur le forum I love you J'adore ton pseudo, ton avatar, ton choix de groupe, tout est sublime  
    Bon courage pour ta fiche

    Alors en ce qui concerne les annexes, nous n'en avons pas mis parce que tout est stipulé dans les prédéfinis même et dans le contexte, mais nous le ferrons si nous voyons que les membres les réclament Wink Et l'onglet statistiques va être ajouté d'ici peu, merci de l'avoir fait remarqué Et merci pour tes compliments à propos des revenants  

    Si tu as la moindre question, n'hésite pas à venir voir le staff

_________________


Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zooey D. Riddle
Zooey D. Riddle
I don't play your rules I make my own
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 85

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 18:48

problème d'onglet réglé jeune homme Wink .
Bienvenue sur le forum et n'hésite pas à nous harcelé (moi en particulier   ) en cas de besoin Smile.

_________________
beyond death
code broadsword.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 35

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 18:49

Merci vous deux, je n'hésiterai pas.   
C'est pas faux, c'est juste que pour ceux qui ne connaissent pas trop la série, ça peut s'avérer utile d'avoir les informations sans devoir chercher dans les prédéfinis. =) Mais je comprends votre choix.

Aha, si tout est sublime, je viendrai te demander un lien. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 105

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 20:15

Bienvenue cher collègue revenant. J'espère que nous allons faire des ravages dans cette ville infestée de créatures surnaturelles (dont nous by the way...)
En tout cas j'adore le début de ta fiche ! Very Happy Bonne chance pour le reste. (Enfin je suppose qu'elle n'est pas finie.; Mais ce n'est qu'une supposition...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 35

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 20:33

Je te remercie, camarade. Oublions que nous sommes nous aussi plutôt surnaturels, car nous sommes investis d'une mission divine. Nous sommes... l'Exception qui confirme la règle, somme toute.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymerick P-A. Louis
Aymerick P-A. Louis
I don't care of your shit
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 203

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   Dim 25 Mai - 20:44


› Tu es validé(e) !






Maintenant que tu es validé, je te conseille d'aller faire ta fiche de lien pour te faire des amis ou des ennemis. Puis d'aller du côté des fiches de rp pour voir si quelqu'un a envie d'écrire avec toi.

C'est avec joie que je valide ta fiche qui est vraiment bien écrite. Je suis même persuadé qu'on doit te le dire souvent Ton revenant est juste super, autant caractériellement, que historiquement Hâte d'avoir un lien avec toi



_________________


Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Qui suis-je
vraiment ?

MessageSujet: Re: (jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(jaeger) chaque instant est trempé du fiel qui me dévore.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» Que je meurs à l’instant si l’envie me reprend de remettre ma tête dans la gueule du serpent [ pv Monsieur ]
» Tournoi "Instant d'un Rêve" 19-20 juin 2010
» Excuses ou conflit ? Un temps pour chaque choses. [Asté...]
» « L’aventure est dans chaque souffle de vent. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Darkness :: Into the darkness :: Show You :: In the light-