Tu penses que la paix est revenue, que cette ville est paisible. Mensonges. Beacon Hills restera le berceau du surnaturel et le danger approche à grand pas, fuis !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 28 Localisation : Partout sauf en cours

MessageSujet: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:21


Marguerite Nickel Hammer

AGE ◮ 17 ans ; DATE DE NAISSANCE ◮ 25 décembre ; LIEU DE NAISSANCE ◮ France ; NATIONALITÉ ◮ Française - Anglaise ; STATUT CIVIL ◮ Célibataire ; ORIENTATION SEXUELLE ◮ Hétérosexuelle (pas encore totalement définie) ; GROUPE ◮ Run after the moon ; AVATAR ◮ Jane Dean ; CRÉDITS ◮ Widfara (moi-même)
 


This is my part


Grande. L'air désinvolte. Presque froid. Ses cheveux mauves tombent en cascade jusque dans le creux de ses reins. Demain ils seront peut-être noirs ou blonds. Elle change aussi facilement d'humeur que de couleur de cheveux. C'est vous dire comme elle est lunatique. Son corps semble un mur qu'on a offert aux graffitis. Elle a des tatouages des chevilles jusqu'au cou, qui montent, montent, le long de ses jambes, de ses bras et même de son ventre. Des piercings aussi. Au bas du ventre, là où on ne les voit pas beaucoup, mais aux oreilles aussi. Des écarteurs où elle pourrait sûrement aisément passer son doigt. Ses yeux sont d'un bleu trop pâle et trop profond. Pâles comme sa peau. Il y a beaucoup de choses qu'on peut reprocher à son physique. Si elle n'a pas l'air aimable c'est que son caractère se lit sur son visage.
Cependant même si elle a l'air froide, elle est loin d'être introvertie et peut même être amicale. C'est même quelqu'un qui sourit beaucoup. Extravertie, elle n'a aucun mal à aller vers les autres, bien qu'elle le fasse trop peu souvent. Pourtant elle est loin d'être facile à vivre. C'est quelqu'un de têtu, qui ne renonce jamais à rien et qui continuera à faire ce qu'elle veut et à croire qu'elle a raison même quand on lui aura prouvé par toutes les manières qu'elle a tort. Elle raison. Elle a toujours raison. C'est comme ça. Lunatique, on ne sait jamais à quoi s'attendre avec elle. Un jour quelque chose la fera rire, et cette même chose pourra la mettre dans une rage folle le lendemain, voire quelques minutes plus tard. C'est également quelqu'un de très irritable, et elle s'énerve très rapidement, la plupart du temps pour de petites choses. Autoritaire, du moment qu'on fait ce qu'elle veut, ça va. Elle donne des ordres à absolument tout le monde, que ce soient ses amis, ses professeurs, son pères, ou des inconnus. Débrouillarde, elle n'a pas peur de grand chose et est capable de se débrouiller toute seule pour à peu près tout. Agile, elle peut se faufiler partout, ce qui ne lui aurait pas forcément servi dans une vie normale, mais qui est très utile pour un loup-garou – même si l'agilité est « fournie » avec la morsure.
C'est un garçon manqué qui préfère jouer au football américain que de crier dans les gradins et qui préfère rester jouer à la console ou même traîner dans les rues plutôt que de sortir faire du shopping ou quoi que ce soit que les filles fassent – elle ne sait même pas ce que font les filles entre elles, n'étant amie qu'avec des garçons ou presque. Casse-cou, plus quelque chose est dangereux plus elle aura envie de le faire et est donc en permanence pleine de bleue et d'égratignures.
C'est le genre de gens qui n'aiment rien ni personne. Elle a l'air constamment de mauvaise humeur et ronchonne tout le temps. Cependant, on se rend compte à son contact que ce n'est pas le cas, et ses amis apprennent à rire de cette tendance à toujours trouver les choses nulles. Et ce n'est pas pour autant qu'elle est pessimiste, même si elle n'est pas optimiste non plus. Elle est juste réaliste. Franche et directe, lorsqu'elle pense quelque chose, elle le dit. Elle n'y va pas par quatre chemins et ne se demande pas si ça pourrait être blessant. Elle dit ce qu'elle pense, c'est tout. Elle est aussi très calculatrice. Ainsi, elle observe les gens afin de les connaître, et est plutôt bonne pour ça.
En dehors de tout cela, elle peut s'avérer être quelqu'un d'agréable. Même si elle est très fière et qu'elle a également une grande estime de soi – tendance à se croire la meilleure et à considérer les autres un peu trop stupide, et même s'il est vrai qu'elle a une intelligence supérieure à la moyenne ça peut être désagréable -  c'est une bonne amie, et elle est même parfois serviable, même si c'est plutôt le genre de personne à vous laisser dans votre galère. Il s'avère même qu'elle rit pour des blagues stupides, en fait autant, parle beaucoup. C'est une bonne amie, fidèle qui plus est, et qui est prête à tout pour ceux qu'elle aime – parce que oui, il y a quand même quelque personnes qu'elle aime.



This is my life


Il y avait le lit de fer, comme un lit de prisonnier, tout au fond à droite de la petite pièce. Au milieu du mur se trouvait un tout petite fenêtre, tout en haut, un tout petit rectangle avec deux barreaux qui laissaient filtrer un peu de lumière sur le sol. Deux petits rais lumineux qui faisaient apparaître la poussière qui volait dans l'air qui sentait le renfermé. En face du lit, sur le mur de gauche, un petit lavabo avec un vieux savon sur le rebord et un robinet rouillé. Une petite porte à côté du lavabo, tout aussi rouillée, qui menait à une pièce encore plus petite et moisie avec une douche et des toilettes. C'était ça. Sa maison. En fait... Non. Ce n'était pas sa maison. Ca n'avait jamais été sa maison, elle avait toujours voulu s'enfuir. Elle prit son livre de contes, son vieil ours en peluche, seul ami qu'elle ait jamais eu, et tourna les talons.

C'est ce jour-là que la vie de Nickel a réellement commencé. Non pas ce fameux 25 décembre où le ciel avait eu l'ironie de la donner à sa mère le jour où l'on donne les cadeaux, mais bel et bien huit ans plus tard, quand on l'avait sortie de l'enfer.   

Son père était un américain. Un loup-garou. Sa mère une française tout ce qu'il y a de plus normale. Un jour, ils ont eu un enfant. Même si Nickel, que sa mère avait en réalité appelée Marguerite, était née le jour de Noël ce n'était pas un cadeau. Ou alors un cadeau empoisonné... La mère de l'enfant ne savait rien de la nature de son conjoint. Elle ignorait qu'il était lycanthrope, ainsi, elle ignorait que son enfant le serait sûrement également. Il advint qu'un jour, par un concours de circonstances et un hasard bien malheureux, la jeune mère découvrit la véritable nature du père de Nickel. Elle le quitta. Réaction sans doute compréhensible. Pourtant, la découverte de la mère de la petite fille qui avait alors un an n'eut pas cette seule conséquence.
Nickel l'était aussi, un loup-garou. Lorsque, quelques années plus tard, sa mère le découvrit, sûrement eut-elle une réaction « normale ». Du moins sa peur fut normale. Pas le fait d'enfermer sa fille au sous-sol. On peut réellement dire qu'elle l'emprisonna. Une pièce minuscule avec une fenêtre tout aussi minuscule, un vieux lavabo, une salle de bain moisie. Un livre de contes, une peluche. Deux repas par jour, pas de contact. Pas de dialogue.
Nickel n'alla pas à l'école. Sa mère ne lui adressait pas la parole. Elle avait peur, elle ne voulait pas qu'on sache que sa fille était anormale. Elle était folle, sûrement. Elle n'aimait pas son enfant.
Le livre de conte ne servait pas à la petite fille. Elle ne savait pas lire, ni écrire, ni compter. Au début, elle parlait à sa peluche. Peu à peu, elle se tut. Au début, elle regardait les images du livre. Au bout d'un moment, elle ne les vit plus. Elle entendait le bruit de la pluie contre sa petite fenêtre parfois. Elle voyait quelques fleurs au printemps, des brins d'herbe parfois, quelques rayons de soleil.
Elle ne sut pas combien de temps elle avait passé là. Quatre ? Cinq ans ? Sans parler, sans lire, sans voir personne d'autre que sa mère qui venait lui donner à manger. Elle lavait même ses vêtements. Un jour, sûrement mu par une poussée d'instinct paternel ou une prise de conscience, son père revint. Lorsqu'il la trouva, elle ne parlait pas. Elle ne se demanda même pas qui était cet homme, ce qu'il lui voulait. Elle comprit une chose : il la sortait de là.

C'est donc ce jour-là que sa vie commença. Son père l'emmena aux États-Unis. Une petite ville appelée Bacon Hills. Elle n'avait jamais été à l'école, alors il resta avec elle, lui apprit à lire et écrire, à compter. Il fut son professeur particulier pendant des années, le temps de rattraper, tant bien que mal, un niveau normal, le temps de la réadapter, d'essayer de la débarrasser de son traumatisme. Au bout de quelques mois, elle se remit à parler. Au bout d'un an, elle accepta de dormir seule dans son lit. Au bout de deux, elle accepta de dormir seule dans sa chambre. Trois ans après son arrivée chez son père, elle accepta de rester seule à la maison. Elle ne fut pas scolarisée de suite. Ce n'est qu'à l'âge de rentrer au lycée qu'elle alla en cours. Quelques années avant, elle avait déjà commencé à sortir de la maison, passer ses journées seules dans la forêt, à connaître la ville.
Elle passa ces quelques années seule, jusqu'à ce que son père, un soir, décide de lui parler. C'est sûrement un jour dont elle se souviendra toute sa vie. Il commença à lui parler, lui raconter sa vie, ce qu'il avait durant toutes ces années. Il avait une meute, à Phoenix, dans laquelle l'alpha avait tué les membres. Il avait réussi à s'en sortir, elle ne savait comment, et il était parti s'installer en Angleterre. Mais cette dernière partie de l’histoire n'était pas importante. Selon le père de Nickel, le un des membres de sa meute de Phoenix était à Bacon Hills, alpha de sa propre meute. Et, selon lui encore, elle pourrait intégrer cette meute. Elle alla voir ce garçon, cet Aymerick, et réussit à intégrer sa meute. Sa seconde famille.
Mais ce n'est qu'à l'entrée au lycée qu'elle connut vraiment l'école, et surtout, les amis. Entre temps, d'après elle parce qu'elle n'aimait pas le prénom, mais surtout parce que sa mère l'avait appelée comme ça durant toutes ces années, elle avait abandonné le nom de Marguerite au profit de son deuxième prénom, Nickel. Et c'est là que sa vie commença pour la deuxième fois. Qu'elle alla aux fêtes, qu'elle eut des amis. Elle se fit tatouer une fois et ne s'arrêta plus. Elle changea ses cheveux une fois, puis deux, puis trois. Elle ne passa plus un week-end sans sortir. Elle était libre. Vraiment libre. Aller au lycée était une des plus belles choses qui ait pu lui arriver. Elle connaissait enfin la vie. Et surtout, elle s'était mise à en profiter. Aujourd'hui, c'est ce qu'elle est. Elle ne parle jamais de son passé, non seulement parce que ça devrait introduire le fait qu'elle soit un loup-garou, mais aussi parce que, au fond d'elle, le traumatisme est toujours là.  



Tell me who you are

PSEUDO ◮ Vitali ; PRENOM ◮ Manon ; AGE ◮ Tu sais l'âge c'est qu'un chiffre ; COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ◮ Par les créateurs :3 ; TU LE TROUVES COMMENT ◮ Dar (pour ceux qui ne parleraient pas ma langue, je le trouve drôlement bien) ; PRESENCE ◮  6/7 ? Ou peut-être 7/7 mais avec le théâtre je ne peux pas souvent être présente le mercredi ; UN PETIT MOT ◮ Je sais que j'avais réservé Finn Jones et que je n'arrive pas à jouer des personnages féminins mais j'ai bien envie de tester ma petite Nickel, vu que c'est pas vraiment une fille (a) Du coup vous pouvez enlever Finn des avatars réservés, désolée  ; CODE ◮ the moon becomes red.




Dernière édition par M. Nickel Hammer le Mar 27 Mai - 16:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 35

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:25

Bienvenuuuuuuuuuuuuue.   
Le début de ta fiche me donne vraiment envie de la lire, donc c'est que t'écris bien. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 46 Localisation : beacon hills

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:34

Bienvenuuuuuue par ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymerick P-A. Louis
Aymerick P-A. Louis
I don't care of your shit
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 203

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:39

    HELLCOME beauté fatale
    Hâte de lire la fin de ta fiche vu que tu n'as pas terminé I love you

    Bon choix de meute au passage hein
    Et si tu as besoin, tout le staff est là pour toi

_________________


Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 28 Localisation : Partout sauf en cours

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:53

Merci à vous ♥
Voilà, j'ai rajouté ce qu'il fallait dans l'histoire, dis-moi si je dois mettre autre chose :3 ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymerick P-A. Louis
Aymerick P-A. Louis
I don't care of your shit
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 203

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:55

    Quasiment parfait Le père d'Aymerick est humain et il vit à New-York, c'est Aymerick lui-même qui était dans la meute du père de Nickel Wink

_________________


Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 28 Localisation : Partout sauf en cours

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 16:59

Je vais y arriver xD Arrangé o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aymerick P-A. Louis
Aymerick P-A. Louis
I don't care of your shit
Qui suis-je
vraiment ?
Messages : 203

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   Mar 27 Mai - 17:08


› Tu es validé(e) !






Maintenant que tu es validée, je te conseille d'aller faire ta fiche de lien pour te faire des amis ou des ennemis. Puis d'aller du côté des fiches de rp pour voir si quelqu'un a envie d'écrire avec toi.

Je n'ai rien de plus à te dire Sauf peut-être que je t'aime I love you



_________________


Trop souvent, ce qu’on désire le plus au monde, est justement ce que l’on ne peut pas avoir. Le désir parfois, peut vous briser le cœur, vous anéantir. C’est dur de vouloir quelque chose qu’on ne peut pas avoir. Mais ceux qui souffrent le plus, sont ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
Qui suis-je
vraiment ?

MessageSujet: Re: You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer   

Revenir en haut Aller en bas
 

You could never understand the demons that I faced - M. Nickel Hammer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» un rp avec un demons?
» Demons 2
» ϟ where my demons hide. (theodore)
» Liste des fruits du demons
» demons live in my head. (r)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Moonlight Darkness :: Into the darkness :: Show You :: In the light-